S'inspirer des génériques de séries pour son film d'entreprise ou sa vidéo publicitaire

Depuis une quinzaine d’années les séries de qualité deviennent légion - La Netflix generation (mais aussi Amazon Prime, Hulu, HBO, Apple TV, Google TV...) Et face à la concurrence, les producteurs ont pour ambition de capter l’attention du spectateur dès les premières images ; les séries représentent donc des sources d’inspiration géniales, pour nos productions de films d'entreprise notamment. Ici nous référençons quelques jolis génériques, dont l'esthétique et l'originalité ne pourront que nous ouvrir plus encore le champ des possibles...


Netflix, inspiration pour votre film d'entreprise
Netflix, fournisseur officiel d'idées géniales pour vos films d'entreprise et autres communications !

House of cards

Ce qui nous intéresse dans ce générique c’est l’utilisation très habile du « time-lapse », cette technique permettant de voir en accéléré des scènes tournées sur plusieurs heures : nuages qui défilent, jeux d’ombres spectaculaires... Nous avons par exemple utilisé cette technique au début de notre film pour la Fondation François Sommer.

Borgen :

Ici aussi un peu de time-lapse, mais surtout des jeux de contrastes et des d’ombres chinoises éloquents et inventifs.


Brooklyn 99 :

Une animation très tendance avec des arrêts sur image, ou "freeze effect". C'est punchy, coloré et même l'affichage des textes est impactante. Nous avions créé une démo un peu dans ce style, afin de vous montrer ce qu'il est possible de réaliser pour vos films.


How I met your mother :

Ce générique prouve qu’il est possible de faire un joli film à partir de photos, subtilement combinées grâce à des animations 2D, zooms, recadrages rapides et défauts de mise au point volontaires.


How to make it in America :

Encore de bonnes idées pour un montage dynamique à partir de photos et vidéos. Un effet "stop motion" (qui permet de n'afficher qu'un nombre restreint d'images par seconde) apporte une dimension particulière et très esthétique aux vidéos, pour un rendu vraiment à la frontière de la photo et de l'image filmée. Dans le reportage street art Rehab2 nous avions utilisé à peu près la même technique, même si dans notre cas le stop-motion n'a été réalisé qu'à partir de photos.


Rectify :

Cette présentation ne peut que nous interpeller, avec une subtile manière de mêler photos et vidéos… Nos albums vidéo (proposés aux particuliers, mais évidemment adaptables à tous types de projets) permettent ce genre de rendu 😃


True detective :

Dans ce générique ce qui est à retenir c’est l’utilisation de la silhouette des personnages (parfois aussi des objets), pour ainsi redéfinir le cadre. Souvent les paysages et décors de la série n’apparaissent qu’à travers ces silhouettes. Technique simple mais très esthétique.


The leftlovers :

Comme pour le générique de « True Detective », l’originalité réside dans l’utilisation de silhouettes pour ouvrir sur d’autres mondes, même si ici ces silhouettes font déjà partie du décor…


Downtown Abbey :

Imaginez un film de promotion pour un hôtel ou un restaurant s’inspirant de ces images. J’aime les jeux de cadres, la mise en scène et le cachet de l’image…


Weeds :

Parfois quelques bonnes idées de mise en scène suffisent pour interpeller. Ici, grâce à la technique du rotoscoping, on s’amuse de l’effet de répétition mais on peut trouver plein d’autres choses dans le même esprit (faire faire les mêmes gestes à plein de personnes par exemple…)


Grey’s anatomy :

Ici la mise en scène permet des transitions originales. Parfois il suffit juste de trouver le lien entre deux situations ou deux objets pour que des images se suivent « naturellement. » Si ça peut éviter des enchaînements trop convenus, pourquoi pas ?


Chuck :

Un concept original avec une animation 2D pour présenter les acteurs de la série. Des transitions sympas, des couleurs attrayantes…


Bojack Horseman :

Plus que l’animation en elle-même, ce qui est intéressant c’est encore une fois la mise en scène. Le personnage au premier plan, placé face caméra, interagit toujours avec ce qu’il se passe derrière lui. On peut très bien imaginer faire la même chose avec une « vraie » personne, en tournant sur font vert et en incrustant ensuite différents arrière-plans.


Unbreakable Kimmy Schmidt :

Ce qui est plaisant, c’est la façon dont les bandeaux de couleurs vives et les textes apparaissent et bousculent l’image, le jeu avec les accélérés, ralentis, arrêts sur image. C’est punchy, coloré, fun. Ça peut apporter beaucoup de peps à n'importe quelle communication corporate.


Suits :

Cette grille sur laquelle les carrés défilent de gauche à droite nous plonge littéralement dans un univers corporate. Le contraste bleu/orange, rappelle l'importance de choisir une palette de couleur adaptée - très intéressant pour donner plus de relief à l’ensemble. Un procédé qui peut nous intéresser pour nos communications…


Damages :

Encore une fois ce générique à une touche corporate (Les images bleues et contrastées y contribuent grandement.) L’utilisation des accélérés (la foule, les nuages), la façon de filmer en contre-plongée, pour donner encore plus de présence aux statues et bâtiments donne beaucoup d’ampleur au film. La technique du "tracking texte" est efficace : quel que soit le mouvement de caméra, le texte reste ancré, comme n'importe quel autre objet filmé.


Fringe :

Ce film, qui consiste en une succession de zooms arrières, met en scène des éléments liés à la science et a un aspect très corporate très intéressant pour nous.


Orphan black :

Un peu dans le même style que Fringe mais en plus élaboré. Là nous sommes en zoom avant et les éléments apparaissant à l’image mutent constamment. Style qui rappelle la recherche scientifique, le milieu pharmaceutique…


Medium :

Des effets aussi « basiques » que l’effet miroir peuvent être du plus bel effet…


Curb your enthusiasm :

Comme pour l’exemple précédent, ça nous rappelle que même des effets simples peuvent être séduisants.


Outsourced :

On peut très bien imaginer ça pour un film corporate. Des panneaux publicitaires géants intégrés au cœur de la ville pour faire la promo de vos produits ou, comme dans ce générique, de personnes…


Entourage :

Précédemment on parlait de panneaux géants, ici nous avons des noms incrustés à la place des enseignes des magasins, cinémas, théâtres… Une façon originale de s’approprier la ville.


Sons of anarchy :

Cette fois c’est l’inverse puisque l’on extrait des éléments de l’image et l’on en fait ce qu’il nous plaît. Ici ça concerne des tatouages mais on imagine ce que cela pourrait donner avec des graffitis ou des inscriptions sur des vitrines, etc.


Rome :

Avant ça nous parlions de graffitis, voilà qu’ils s’animent. Et si pour communiquer on se tournait vers nos fresques murales contemporaines…? Encore une fois, les possibilités sont immenses pour nos communications audiovisuelles.


The pacific :

Un concept très créatif et spectaculaire. On peut imaginer le même principe pour un film faisant la promotion d’un artisan ou d’un artiste par exemple…


Da Vinci’s Demon :

Une jolie animation à partir d’images réelles donnant l’illusion que tout est dessiné, avec en prime l’incrustation de nombreux schémas et dessins.


United States of Tara :

Là encore un concept sympathique avec des animations en 2D qui pourrait convenir à la communication de nombreux corps de métiers.


Desperates Housewifes :

Dans ce générique on retrouve des animations 2D ainsi que des transitions originales. Une belle accroche assurément !


Le mentalist :

Des jeux de cadres élégants et l’application de calques esthétiques. Un peu le même principe dans cette démo présente sur notre site.


Experts Manhattan :

Tout va très vite mais notre cerveau a le temps de « voir » ces images liées à la recherche, tantôt incrustées dans l’image principale, tantôt utilisées pour des transitions courtes. On retiendra aussi que les nombreux flares (reflets lumineux) et zooms saccadés rendent tout encore plus esthétique.


Skins :

Un habillage vidéo à base de cadres dynamiques et d’incrustations. Efficace et on imagine très bien ce procédé pour un film de communication.


Rescue me :

Ce générique adopte un style "sur le vif" pour donner une impression réaliste. Les plans enchaînés rapidement, la caméra qui tremble, défauts de mise au point, zooms rapides, ou encore des images très granuleuses à certains passages (pour donner l'impression que certaines scènes ont été filmées avec les moyens du bord), apportent toujours plus d'authenticité au film. On a bel et bien l'impression d'être au cœur de l’action - peut très bien convenir pour vos communications (métiers à risque, sécurité, etc.)


Il s’agit bien sûr d’une liste non exhaustive, mais ça nous donne déjà pas mal de nouvelles pistes pour nos futures communications…


Si vous souhaitez échanger pour nous parler de votre projet vidéo, contactez-nous !


0 commentaire

Posts récents

Voir tout